8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 17:51

Le cours de ce matin était riche en découvertes pour la néophyte que je suis :

La couleur n'exite pas ! Ce n'est pas une blague, mais la couleur n'existe que grâce à la lumière : lorsque je vois un objet de couleur, c'est parce que sa surface ne renvoie qu'une partie des rayons lumineux qu'elle reçoit. Ainsi je  distingue une pomme rouge à la lumière du jour, car sous cette lumière dite « blanche » , c'est la composante rouge de la lumière que la pomme renvoie. Une pomme éclairée par une ampoule électrique semblera plus orangée et sous un néon plutôt jaune, la couleur est donc une notion subjective.

 

 

 

Pour bien contraster ses couleurs, il existe plusieurs théories basées sur le cercle chromatique à douze couleurs (ci-dessus) de Johannes Itten. Ce cercle est composé de 3 niveaux :

  • Les couleurs primaires : situées au centre du cercle, le rouge, le bleu et le jaune 
  • Les couleurs secondaires : elles sont la résultante du mélange de deux couleurs primaires. Leur force d'expression est moindre.
  • Les couleurs tertiaires : par suite logique leur force d'expression est encore plus faible. Elles découlent du mélange d'une primaire et d'une secondaire (ex : cyan = 2 bleu + 1 jaune).

A noter que même si les couleurs primaires sont les plus voyantes, toute couleur peut former un contraste.

Les  7 différentes façons de créer un contraste. 

Le contraste de la couleur en soi.

Les couleurs saturées, Le bleu, le rouge et le jaune purs très utilisées dans l'art médiéval, les enluminures ou l'art contemporain, Mondrian par exemple.

Le contraste clair-obscur.

Il est important de connaitre des différentes valeurs de couleurs pures et de les comparer aux douze tons de la gamme des gris qui s'étallent du blanc au noir.Exemple : le Faust de Rembrantd, Le noeud de ceinture de Seurat, les tableaux de Georges de La Tour.

Le contraste chaud-froid.

Les couleurs  chaudes du jaune au rouge pourpre rapprochent alors et que les couleurs les  froides du violet au vert chartreuse, éloignent. Ce contraste est très important puisqu'il est employé par exemple dans les décors. En effet le premier plan est souvent peint dans des tons chauds tandis que les tons froids servent à l'arrière plan.

Exemple : Impression soleil Levant de Monet , La Montagne Ste Victoire de Paul Cézanne

Le contraste des complémentaires.

On désigne par le nom de complémentaires, deux couleurs se trouvant diamétralement opposées sur le cercle chromatique. Ces couleurs s'intensifient réciproquement pour parvenir à un effet de couleur et de lumière maximum mais leur mélange les détruit et produit des gris colorés mais qui sont en revanche très pratique pour les ombres). Pour trouver la complémentaire d'une primaire, il suffit de mélanger les 2 primaires restantes ensembles. Les couples de complémentaires sont donc : jaune et violet (rouge+bleu), bleu et orange (jaune+rouge), rouge et vert (jaune+bleu).

Le contraste simultané.

Michel Eugène Chevreul fut, au XIXe siècle le premier grand théoricien des couleurs. Il prouva  qu'une couleur forte, comme le rouge, avait tendance à illuminer  les couleurs avoisinantes de sa complémentaire, le vert, c'est-à-dire à les altérer. il baptisa le phénomène  "contraste simultané". Exemple : Robert Delaunay - La joie de vivre

Le contraste de qualité.

Désigne l'opposition entre couleurs pures et lumineuses et couleurs ternies ou rabattues. Pour obtenir ce contraste on place une couleur pure à côté de couleurs ternies (rabattues avec sa complémentaire) c'est l'effet lumineux-terne.

Le contraste de quantité.

Concerne les rapports de grandeur, de surface de deux ou plusieurs couleurs, de poportions de couleurs. Les valeurs de lumière établies par Goethe sont :

 

6 4 3
6 8 9

On transforme ces valeurs de lumières en taches de couleur pour faire un tableau harmonieux (essayez de faire un bouquet avec 9 iris violet et 3 jaunes et vous verrez votre bouquet illuminer votre table).

exemple : Brueghel la chute d'Icare

Voilà, c'est avec un autre regard que je verrais désormais les oeuvres artistiques. Quant à ma propre peinture il me suffira de ne pas s'enfermer dans ces théories mais de savoir les utiliser selon ma subjectivité. 

J'ai trouvé un site très bien fait pour réexpliquer tout ceci : ici

  

Notre oeil recherche le gris neutre. 

Partager cet article

commentaires

sieglind la dragonne 10/02/2007

Excellentissime cet article ! J'ai appris plein de trucs. Merci et bon week-end ChrisComme quoi la chromothérapie a bien pigé ce qu'était vraiment la couleur et qu'elle influence aussi celui qui la regarde

&hearts :0071: &hearts Moyra &hearts:0071: &hearts 19/02/2007

Coucou chère Chris! très intéressant ton article! Passionnant même. Ton avis m'intéresse au sujet du blanc et du noir. Absence de couleur où concentration de toutes les couleurs?Gros bisou je suis ravie de pouvoir revenir te voir ce  soir!

Endive 22/02/2007

Merci pour la leçon... Et quand désormais je verrai tout en gris, je saurais que c'est juste parce que la couleur n'existe pas :-)

le pas sage 10/03/2007

salut
comme j'apprends à dessiner seul
je passe içi pour avoir des renseignements
merci
bonne journée

Présentation

  • : art pictural
  • art pictural
  • : créations personnelles de dessins et peintures , aquarelles, acryliques et pastels par thèmes suivant l'actualité ou mes réflexions ainsi que les expositions de mes amies.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog